arnaud-montebourg frangy 2016

Présidentielle 2017 : je soutiens Arnaud Montebourg et le Projet France

arnaud-montebourg frangy 2016Après m’être rendu au Mont Beuvray le 16 mai dernier, où a été lancée la grande consultation du Projet France, j’étais à Frangy-en-Bresse le 21 août dernier pour écouter Arnaud Montebourg à l’occasion de sa déclaration de candidature à l’élection présidentielle de 2017.

Arnaud Montebourg fait partie de ces hommes (et de ces femmes) qui ont le courage de la cohérence dans leur parcours politique et dans leurs convictions :

  • Défenseur de très longue date d’une 6ème République où le pouvoir ne serait plus cantonné dans les mains d’un seul homme et où les citoyens feraient irruption dans le processus de décision législatif ;
  • Défenseur de longue date d’une politique économique protectrice des salariés et du savoir-faire français ;
  • Défenseur d’une politique européenne fondée sur le respect des citoyens, la démocratie et débarrassée des doctrines ultralibérales.

Contrairement au Gouvernement, Arnaud Montebourg est resté fidèle aux engagements pris par la gauche devant les Français lors des élections présidentielle et législatives de 2012. C’est aujourd’hui ce qui légitime sa candidature.

IMG_47311Et c’est au nom de cette fidélité que j’ai décidé de le soutenir.

La cohérence, le respect de la parole donnée. Voilà ce qu’il manque à la grande majorité de nos responsables politiques.

Comme Arnaud Montebourg, je suis le fruit d’un mélange entre le Morvan et une terre d’ailleurs. C’est cette France que je veux continuer à voir réussir. Loin de tous les débats indignes sur « l’identité française » et la stigmatisation de l’autre. Le Projet France porté par Arnaud Montebourg est inclusif et pose les bonnes réponses aux vraies questions auxquelles notre pays et les Français sont confrontés.

Retrouvez le site internet de la campagne d’Arnaud Montebourg : http://www.arnaudmontebourg-2017.fr/

Et la vidéo de sa déclaration de candidature en intégralité


Déclaration de candidature d’Arnaud Montebourg… par arnaudmontebourg

La Maire d’Avon préfère l’école privée au Centre de loisirs public

centre-loisirsMadame Nouhaud, Maire d’Avon promettait « l’égalité des chances ». La réalité est pourtant bien différente.

Elle vient de décider l’ouverture d’une école privée « Montessori » hors contrat dans des locaux communaux occupés jusqu’à présent par le centre de loisirs dans la Vallée.

Cette école est avant tout réservée à des privilégiés. Quelles familles pourront en effet dépenser 500€ par mois et par enfant pour les scolariser ?

L’installation de cette école dans les locaux du centre de loisirs va profondément bousculer l’organisation du centre de loisirs. Les activités seront déplacées dans les groupes scolaires, sur leur lieu habituel de classe. Les enfants mangeront dans leur groupe scolaire et non plus tous ensemble. Il n’y aura donc plus de mixité inter-quartiers.

Les Conseils d’école et le Conseil consultatif de la vie scolaire (CCVS) n’ont même pas été consultés.

Quant au prix de la location des locaux de la ville par l’école privée, il est absolument dérisoire : 743,62€ par mois ! Nous pouvons légitimement nous interroger sur le fait que ce faible montant est assimilable à un subventionnement indirect de l’école privée.

BILAN : pour quelques familles privilégiées, ce sont tous les autres jeunes Avonnais qui sont lésés. Tandis que la Ville d’Avon ouvre les bras aux écoles privées hors contrat, les écoles et les services publics avonnais sont mis à la diète, avec par exemple la suppression des postes d’ATSEM dans nos maternelles.

Les élus d’Avon Autrement ont voté contre ce projet scandaleux et appellent les parents d’élèves à se mobiliser pour défendre des services publics de qualité pour tous les Avonnais.

Déchéance de nationalité : fausse solution et vrai malaise

passeportAu lendemain des crimes de Paris le 13 novembre dernier, le Président de la République avait indiqué, dans son discours devant le Congrès, vouloir appliquer la déchéance de la nationalité française pour les personnes nées en France qui disposent d’une autre nationalité et qui se sont rendus coupables d’actes terroristes. Cette mesure fait partie du paquet de solutions pour lutter contre le terrorisme.

Après moult hésitations, venues notamment de la gauche, François Hollande a décidé de maintenir la déchéance de nationalité dans la réforme constitutionnelle à venir. Une idée venue de la droite, et même du programme du Front national qui ne grandit pas le pouvoir en place…

Comment peut-on croire que cette mesure aura une influence sur ceux qui voudront commettre un acte terroriste sur notre sol ? Comment peut-on croire que la crainte de perdre la nationalité française sera plus forte que l’énergie de la haine de ces criminels ?

En vérité, cette mesure n’est que symbole. Elle surfe sur l’émotion. Peut-être est-ce aussi un moyen de dire que nous n’avons rien en commun avec ceux qui commettent ces actes barbares. Certes. Mais le terrorisme n’a pas de nationalité. Qu’il s’agisse des criminels ou de leurs victimes.

Par ailleurs, dans notre République française, la nationalité se fonde sur le droit du sol. C’est un principe fondateur et unificateur de notre communauté nationale. Le risque, avec cette mesure, est aussi de jeter le doute et la suspicion sur tous ceux qui ont une double nationalité et qui n’ont d’ailleurs souvent pas choisi cette situation, car ils en ont hérité.

Au final, cette décision du Président de la République et du gouvernement sera non seulement inefficace mais elle constitue une faute lourde à l’égard du pacte républicain qui, petit à petit, est égratigné dans le seul objectif de répondre aux Français les plus réactionnaires.

Réfugiés : lettre ouverte des élus de gauche d’Avon et Fontainebleau

000_TS-Par8261499-530x371Lettre ouverte des élus de la gauche d’Avon et de Fontainebleau

à Madame le Maire d’Avon et Monsieur le Maire de Fontainebleau

Avon, le 3 septembre 2015

Madame le Maire, Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Depuis le début de l’année, plus de 300 000 réfugiés ont risqué leur vie pour traverser la Méditerranée, et quitter des pays touchés par la violence et les conflits, comme la Syrie, l’Iraq et l’Afghanistan. Comme le rappelle le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, « ces personnes ont besoin d’une protection internationale et elles sont souvent épuisées physiquement et traumatisées ».

Bien que les pays européens et l’Union européenne doivent agir de concert pour répondre à l’urgence humanitaire en faisant preuve de solidarité, les citoyens et les élus que nous sommes ne peuvent rester indifférents à cette situation tristement exceptionnelle.

Partout sur le territoire français, et singulièrement sur nos deux communes, l’émotion est forte. Mais au-delà de l’indignation et des simples postures, la situation exige de nous une action forte et concrète à l’endroit des réfugiés.

Comme le souligne Claude Bartolone, « ces réfugiés ne viennent pas pour prendre notre boulot, ils viennent pour sauver leur peau ».

Le pape François, depuis son élection en 2013, s’est régulièrement élevé contre « la mondialisation de l’indifférence ».

Aujourd’hui, il est de notre responsabilité d’élus locaux de rendre l’accueil des réfugiés possible. Ainsi, nos villes et notre intercommunalité pourraient examiner toutes les possibilités d’accueil que notre territoire peut offrir.

Nous sommes disponibles pour aller dans le sens d’une initiative collective forte et coordonnée que nous pourrions imaginer et organiser ensemble dans les semaines qui viennent.

Madame le Maire, Monsieur le Maire, nous ne pouvons rester indifférents à la situation que vivent ces enfants, ces femmes et ces hommes qui viennent chercher la sécurité et la paix.

Vous pouvez compter sur nous pour vous soutenir et vous accompagner dans toutes les démarches que vous pourrez initier en ce sens.

Restant à votre disposition, nous vous prions de recevoir, Madame le Maire, Monsieur le Maire, nos salutations les meilleures.

Roseline SARKISSIAN, Conseillère régionale Ile-de-France, Conseillère municipale de Fontainebleau

Dimitri BANDINI, Conseiller municipal d’Avon, Conseiller communautaire du Pays de Fontainebleau

Jean-Paul DIXMERAS, Conseiller municipal de Fontainebleau

Lucie PAMART, Conseillère municipale d’Avon

Guillaume GOY, Conseiller municipal d’Avon

Appel à ce qu’il reste de bon sens à la gauche seine-et-marnaise‏

mdp_b_n_r3Appel à ce qu’il reste de bon sens à la gauche seine-et-marnaise

Dimitri BANDINI, Conseiller municipal d’Avon, Membre du Mouvement des Progressistes

 

Dans un peu plus de trois mois se dérouleront les élections départementales. Chaque jour qui passe montre l’incapacité de la gauche départementale à empêcher l’irréparable.

Certes, la gauche au pouvoir déçoit. Mais cette déception ne suffit pas à expliquer l’entêtement des formations de gauche à s’arque-bouter sur des postures de chapelles au risque de laisser aux citoyens, dans la plupart des «cantons », le seul choix de départager le FN et la droite au second tour. Car sans rassemblement, c’est bien cela qui attend la gauche.

Depuis dix ans, le Conseil général de Seine-et-Marne est géré par la gauche dans sa diversité. Pourquoi ce qui est possible au quotidien ne le serait-il pas au moment des élections ?

La stratégie de la division est mortifère. Elle est même irresponsable alors que les Seine-et-Marnais attendent des réponses crédibles et justes face aux conséquences de la crise qui les frappe durement.

Pourtant, l’existence de binômes titulaires et suppléants permettraient de respecter la diversité de la gauche, de garantir une juste représentation de chacun à travers le département, de proposer des candidatures unitaires efficaces, mais aussi de contribuer aux renouvellements nécessaires.

Or,  rien de tout cela n’est envisagé. Pire, dans une logique de boutiquiers, chaque formation organise dans son coin un vote de ce qui reste de militants pour choisir ses propres candidats.

Loin de moi l’idée de vouloir gommer la crise qui traverse la politique et la gauche en particulier. Mais cette rupture plus forte chaque jour entre les formations politiques et les citoyens doit aussi être combattue par la volonté d’être utile aux gens.

C’est aujourd’hui le sens de mon appel à la gauche seine-et-marnaise : donnons-nous vraiment les moyens d’être utiles à nos concitoyens, ne leur laissons pas comme seule issue le choix entre la droite et l’extrême-droite.

L’équipe Nouhaud brille par son bilan proche de zéro

La loi prévoit un droit d’expression dans les supports d’information de la commune au bénéfice des élus d’opposition. Voici l’article qui sera bientôt publié dans le journal municipal :

Lorsqu’un maire fait des promesses, il se doit de les tenir, y compris lorsqu’il reprend les idées d’autrui (par manque d’imagination pour l’avenir de sa commune). Or pour l’heure, la nouvelle majorité (élue à 40% sous l’étiquette du « renouveau ») brille par son bilan proche de zéro. Rien n’a changé à Avon. Le budget supplémentaire voté en juillet le confirme. A l’exception de quelques mesurettes électoralistes, l’équipe Nouhaud/Rucheton n’a aucune stratégie budgétaire et reconduit le budget Le Poulain. Pathétique !

Une seule orientation est claire : l’augmentation des tarifs municipaux. Après avoir soutenu les augmentations de tarifs de location de salles municipales en 2009 (+20%), en 2010 (+1,6%), en 2012 (+2,5%), Mesdames Nouhaud et Rucheton viennent d’augmenter ces tarifs de 20% à nouveau. Il est beau le renouveau !

Pour finir cette petite lucarne qui nous est octroyée, nous voulons dire notre consternation face au niveau navrant de la nouvelle équipe, qui se révèle bien souvent incapable de répondre à nos questions en commission. Les vacances sont finies Mesdames et Messieurs de la majorité ! Les Avonnais attendent des solutions à leurs besoins !

Dimitri BANDINI, Lucie PAMART, Guillaume GOY, Conseillers municipaux d’opposition

Amateurisme et exclusion de l’opposition : le premier bilan de l’équipe Nouhaud

La loi prévoit un droit d’expression dans les supports d’information de la commune au bénéfice des élus d’opposition. Voici l’article qui sera bientôt publié dans le journal municipal :

Du grand n’importe quoi ! L’amateurisme total de la nouvelle majorité ne doit pas porter atteinte au respect des droits de l’opposition. Or, pour l’heure, il nous est très difficile de participer aux commissions qui sont convoquées au dernier moment et à des horaires non conciliables avec nos emplois. De plus, la Maire a refusé que l’opposition avonnaise soit représentée dans les organismes extérieurs intercommunaux : 60% des Avonnais sont ainsi exclus de ces structures. Malgré ses promesses mielleuses sur le respect de l’opposition, la Maire semble avoir oublié que seuls 40% des Avonnais ont voté pour elle et que les autres 60% doivent être respectés.

Amateurisme toujours lorsque l’on regarde ce qu’il s’est passé depuis les élections municipales : rien, ou pas grand-chose. Nos concitoyens nous interpellent chaque jour à ce sujet. Comme eux, nous attendons que les promesses de campagne deviennent des réalités de terrain. Madame le Maire, au travail !

Dimitri BANDINI, Lucie PAMART, Guillaume GOY

Conseillers municipaux d’opposition

Nouhaud et Rucheton plus intéressées à s’occuper d’elles-mêmes qu’à répondre aux besoins des Avonnais

La loi prévoit un droit d’expression dans les supports d’information de la commune au bénéfice des élus d’opposition. Voici l’article qui sera publié dans le premier magazine municipal du mandat :

60% des Avonnais ont voté pour une autre liste que celle de l’équipe en place, nettement marquée à droite. Depuis le 30 mars, nous sommes inquiets. La nouvelle Maire est peu présente et les dossiers en retard s’entassent. La laïcité est bafouée par la Maire qui récite le « Notre Père » avec l’écharpe tricolore. Les dissensions internes à la majorité s’affichent clairement au Conseil municipal. Les conseils de quartier sont en réalité des coquilles vides permettant de noyauter les débats.

Depuis le 30 mars, la nouvelle équipe s’agite mais n’agit pas. Les besoins des Avonnais sont pourtant urgents. Nous attendons la mise en place des rythmes scolaires pour nos enfants. Il faut mettre nos bâtiments et notre voirie aux normes d’accessibilité. La politique culturelle est toujours aussi molle. Aucune action n’est engagée pour sauver nos commerces de proximité. L’identité d’Avon est livrée aux intérêts bellifontains.

Bref, l’équipe Nouhaud/Rucheton est plus intéressée à s’occuper d’elle-même qu’à répondre aux besoins des Avonnais.

Nous sommes clairement dans l’opposition. Mais toujours à l’ouvrage, à vos côtés, pour promouvoir une vision d’avenir et de progrès pour Avon. Durant les mois et les années qui viennent, nous voulons continuer à réfléchir, à voix haute, avec vous. Comme de nombreux Avonnais, rejoignez l’association Avon Autrement !

Dimitri BANDINI, Lucie PAMART, Guillaume GOY

Conseillers municipaux d’opposition

www.avonautrement.fr / avonautrement@gmail.com      (28 mai 2014)